Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 18:14

 

Un sujet original pour un roman fantastique : l'épilepsie.


IMG 2093Les romans relevant du genre fantastique où les héros basculent dans un monde parallèle, plus ou moins angoissant et dangereux, foisonnent sur les rayonnages du CDI : "La quête d'Ewilan" de P. Bottero ; "Bobby Pendragon" de D.J. Machale ; "Les royaumes du Nord" de P. Pulman ; "Le livre du temps" de G. Prevost par exemple ; mais avec "Interception" Marin Ledun nous propose d'adopter un point de vue particulier vis à vis d'une affection pour le coup bien réelle et proche de nous : l'épilepsie.

Et si l'épilepsie n'était pas une maladie mais un don ? Ainsi l'héroïne de l'histoire, Valentine, 15 ans, subit des crises d'une extrême violence ; elle ne souhaite qu'une chose, être une adolescente comme les autres. C'est cet espoir qui la pousse à accepter son entrée dans un établissement clinique où un énigmatique docteur mène des expériences sur ses élèves. Elle va découvrir qu'elle et ses amis ont un rôle à jouer dans l'avenir du Monde. Suspense, angoisse, rebondissements : ce livre ne vous laissera pas indifférents et ce, dès les premières lignes.


Jeudi 10 Octobre 2013, Marin Ledun a eu la gentillesse de répondre aux questions des élèves de 4ème4, au CDI, en compagnie de Mme Monbeig, leur professeur de lettres.

Les échanges portaient pour beaucoup sur le métier d'écrivain, mais aussi sur l'histoire elle-même. Voici quelques extraits de cette rencontre.

 

 

Êtes-vous fier de votre livre ?

Ce dont je suis satisfait avec ce livre c'est d'avoir réussi à aborder l'épilepsie différemment, en la décrivant non pas comme une maladie, mais comme un don, une capacité à voir le monde d'une manière différente; c'est un sujet qui me touche car cela concerne ma famille. L'épilepsie est soignée en France, mais dans beaucoup de pays elle peut être mortelle.

 

Dans votre histoire, le docteur utilise t-il vraiment les élèves comme des cobayes ?

C'est à vous le dire, qu'en pensez-vous ? Ces expériences partent d'un bon sentiment, mais a t-il raison de les mener de cette manière ? N'avait-il pas d'autres choix ? Chaque lecteur peut en décider.


Derrière la porte 62, vous décrivez un monde très particulier, calme, fleuri : c'est votre rêve de revenir à ce monde là ?

Je ne le vois pas comme un retour en arrière mais plutôt comme un monde idéal où nous vivrions en harmonie avec la nature. C'est plutôt une projection d'un futur idéal.

 

L'écologie, c'est important pour vous ?

Je considère que c'est une des urgence de la vie. Quand j'étais petit j'habitais près du Rhône, il y avait une plage où l'on pouvait se baigner. Adolescent cela n'était plus possible à cause de la pollution. Comment peut-on se projeter dans l'avenir avec sérénité si notre environnement est en péril. Votre génération a une grande responsabilité, c'est vous qui allez changer les choses.

 

Et les mondes hyper-surveillés, hyper-sécurisés, ce sont vos pires cauchemars ?

Il me semble en effet que c'est une tendance très inquiétante qui pourrait être dramatique dans le futur.

 

Comment avez-vous choisi les prénoms des personnages ?

Ma famille a des racines dans des pays très différents : la France mais aussi le Maroc, la Colombie...C'est une source d'inspiration.


Pourquoi avoir plongé Salah dans le coma, c'est lui qui a fait tout le « boulot » !

Pour les besoins de l'histoire, il fallait complexifier la situation...il en fallait un !

 

Y aura t-il une suite ?

Mon éditeur et moi n'avons pas trouvé d'accord : il voulait un texte pour un plus jeune public, je ne le vois pas comme cela. Donc non, il n'y aura pas de suite.

 

 

Merci à Manel pour les photos...et à la classe des 4ème4 pour leur participation active.


Retrouvez le compte-rendu complet (presque) ici.


 

Le livre est naturellement disponible au CDI, cote "R LED i"

 

cvt Interception 1910

Partager cet article

Repost 0
Published by Christine Gobier
commenter cet article

commentaires